Je suis heureux et fier de partager cette nouvelle avec vous. Warren Barguil, champion de France. Quel exploit ! Consultant auprès du staff Arkéa-Samsic, je félicite le travail de l'équipe et l'exploit de cet homme à l'étoffe de champion! Voici le communiqué de presse diffusé ce jour aux médias. Bonne lecture à tous !

Warren Barguil est champion de France 
Author: Jean-Pierre Doly
Partager cet article sur vos réseaux

Warren Barguil Crédit photo Arkéa-Samsic

Warren Barguil Crédit photo Arkéa-Samsic

 

Je suis heureux et fier de partager cette nouvelle avec vous. Warren Barguil, champion de France. Quel exploit ! Conseil en management/RH auprès du staff Arkéa-Samsic, je félicite le travail de l’équipe et l’exploit de cet homme à l’étoffe de champion! Voici le communiqué de presse diffusé ce jour aux médias. Bonne lecture à tous !

 

Communiqué : Warren Barguil est champion de France

 

La Blanche hermine s’est teintée de bleu, blanc, rouge… C’est une journée inoubliable, un moment très fort pour toute une équipe ! Warren Barguil, magnifique vainqueur du championnat de France, a atteint au rêve de toute une carrière et a offert à son équipe Arkéa-Samsic un titre national, un maillot tricolore donnant un sens au travail colossal entamé depuis des mois par Emmanuel Hubert et Yvon Ledanois, par tous ceux qui les entourent.

La fierté de tous les membres de l’équipe Arkéa-Samsic sur la ligne d’arrivée était belle à voir. La joie des coureurs serrant dans leurs bras leur leader titré s’érigeait en un symbole de ce qui anime humainement ce groupe. Sans parler d’Yvon Ledanois lâchant sa petite larme avant de sortir de la voiture… En un peu plus de six heures, en une course parfaitement maîtrisée, en un final incroyable de tension, Emmanuel Hubert et ses hommes ont rappelé exactement qui ils sont !

Tout a très bien commencé dans ce championnat avec la présence de six coureurs dans l’échappée volumineuse ayant pris forme après quarante kilomètres. Warren était là, après avoir découvert le parcours qu’il n’avait pas reconnu, avoir changé de vélo et avoir décidé que le mieux était qu’il courre devant. Avec lui Amaël Moinard, Benoît Jarrier, Florian Vachon, Romain Hardy et Kevin Ledanois. L’avantage de trois minutes était déjà un beau matelas de protection laissant à Warren le sentiment que tout allait bien se passer.

« D’entrée de jeu, dit Kevin, le but était de durcir. Il y a eu un groupe de près de 40 coureurs devant dont six de l’équipe Arkéa-Samsic, c’était parfait. Parmi les six, il y a eu les coureurs désignés pour rouler en première partie de course, les autres pour la fin. J’ai trouvé que Warren Barguil en faisait beaucoup, avec Romain on lui a dit qu’il fallait qu’il se calme. On lui a dit «Tu es le plus fort, attend la fin ! » Warren a toujours tendance à en faire beaucoup quand il est bien mais il s’est canalisé. C’était la journée parfaite. »

Sans les oreillettes, Yvon Ledanois n’a pas eu beaucoup à intervenir, juste à constater que ses hommes formaient une équipe, de se rappeler ses mots, vendredi, quand il certifiait que le succès ne serait que le résultat d’un travail d’équipe. Avant que l’échappée ne soit déclenchée, ses hommes ont été omniprésents, à tour de rôle.

« Il y a eu beaucoup d’émotions dans la voiture ! dit-il. Cela fait un an et demi que j’ai rejoint l’équipe Arkéa-Samsic, cela fait un an et demi qu’on met des choses en place, on travaille beaucoup, on fait évoluer l’équipe et chez nous, sans qu’ils en aient tous conscience, les gars ont un vrai talent. Le maillot bleu-blanc-rouge ne va pas être bien porté, il sera excellemment bien porté ! Warren Barguil a galéré, il a été critiqué par plein de personnes qui ont oublié tout son talent… Dès le départ, on a voulu durcir, c’est sorti à 46,5 km/h de moyenne, parmi les 37 coureurs devant, personne n’était là par hasard. Au début de course, j’ai dit à mes coureurs qu’il fallait faire vivre cette échappée pour gagner. J’ai condamné Amaël Moinard tout de suite, il a beaucoup travaillé, Romain Hardy, Benoît Jarrier, Florian Vachon et Kevin Ledanois ont travaillé et Warren a fini le travail. L’écart est descendu à 1’40’’, le bras de fer c’était à ce moment-là. Quand l’équipe Total-Direct Energie allait s‘écarter je me doutais que l’écart allait remonter. Ils roulaient à 46 km/h devant, ils roulaient à 48 km/h derrière, ce n’était pas possible que ça dure longtemps ! Vraiment, nos coureurs ont fait un travail exemplaire. C’est une très belle victoire d’équipe»

L’émotion était la même pour Emmanuel Hubert, l’homme portant à bout de bras cette équipe. Il en rêvait, il l’a fait !

Warren Barguil et Emmanuel Hubert

Warren Barguil et Emmanuel Hubert

 

« Hier dans le briefing, dit-il, Warren a été désigné leader avec Elie Gesbert. Il nous a dit qu’il ne bougerait pas avant les deux derniers tours. Très vite, on entend qu’il est échappé mais c’était un gros groupe et ça devenait valable. Les circuit était exigeant, au seuil des 230 kilomètres beaucoup de coureurs étaient fatigués. Le joint avec le peloton ne s’est pas fait en dépit de Thibaut Pinot qui était très fort mais c’était aussi du grand Warren. Ses cinq derniers kilomètres ont été incroyables ! Dans un petit groupe, il n’est jamais battu. Il a attaqué à deux kilomètres, a été repris à un kilomètre de l’arrivée mais j’y ai toujours cru. Il a la rage le gamin… Depuis ces derniers 12 mois, il s’est passé des choses qui parfois n’étaient pas faciles et c’est un affectif. Il fonctionne à l’instinct. Il a de la magie dans les jambes, là c’est au bon moment, dans le championnat de France ! Pour nous, c’est un symbole, c’est la démonstration qu’il faut toujours garder une dynamique. Moi, j’y crois toujours même en dépit de moments de faiblesse. Quand une affaire est conclue avec un coureur, il faut toujours croire en lui. Warren fait partie de mon jeu et de mon avenir. Aujourd’hui, ce n’est pas une révélation, ce n’est pas une consécration. La consécration, on en parlera le 28 juillet. Le maillot de champion de France va lui changer la vie mais on va garder la tête froide et continuer de travailler. »

Seule ombre au tableau de cette inoubliable journée, Jérémy Maison a été victime d’une chute et avant des examens nécessaires, la fracture d’une clavicule était crainte.

Il faut noter également que Bram Welten a pris la sixième place du championnat des Pays-Bas.

L’interview de Warren Barguil

Lire l’interview de Warren Barguil

Warren Barguil champion de France

warren barguil

 

Partager cet article sur vos réseaux...