Sport et entreprise : quelles passerelles ?
Author: Jean-Pierre Doly
Partager cet article sur vos réseaux

Sport et entreprise : les passerelles existent

crédit photo Braden Collum on unsplash

C’est une évidence : l’entreprise et le sport ont beaucoup en commun. Et pourtant, les à priori ont la dent dure ! Les passerelles entre ces deux univers deviennent parfois des murs opaques. Ne serait-ce pas cette vieille habitude que nous avons de voir d’abord ce qui oppose avant de trouver ce qui relie ? En changeant notre regard, tout devient possible. Et tout le monde y gagne !

 

Ce que peut apporter l’entreprise au monde du sport et aux sportifs

 

  • Ses compétences en stratégie, sa vision, son projet décliné en politiques, stratégies, plans, process, systèmes de pilotage avec des indicateurs et outils d’analyse, de reporting, de communication…
  • La gestion des ressources humaines dans la durée : recrutement, sélection, détection et développement de talents, formation, évaluation, rémunération, gestion de conflits, licenciements…) sans oublier la cohérence et la crédibilité économique et financière.
  • Le lien entre stratégie, organisation , culture, valeurs et moyens financiers et humains dans une durée « raisonnable » ( Développement durable, RSE , etc…)

Ce que peut apporter le monde du sport et les sportifs à l’entreprise

  

  • Le leadership,
  • La mobilisation sur des objectifs précis, quantifiés, datés,
  • L’esprit de compétition,
  • La prise en compte de stratégies des concurrents, des adversaires
  • La préparation tactique, technique, physique et psychologique d’un challenge, d’un défi
  • L’alternance de réussites et d’échecs, la résilience pour rebondir rapidement
  • Les valeurs humaines de réussite par l’équipe, le groupe, la solidarité, la coopération, la complémentarité, la diversité, les interactions entre acteurs
  • Le plaisir du jeu et de l’effort !

 

Alors, pourquoi les entreprises n’embauchent pas davantage de sportifs ?

 

Il semble en effet qu’intégrer des sportifs dans son équipe soulève plus de problèmes à certains décideurs ou managers..

Problèmes d’ordre

  • politique : preuves, crédibilité, courage, risques…
  • financier : retour sur investissement de la formation, souci de « rentabilité », résultats immédiats …
  • organisationnel : habitudes, traditions, peur de rejet, résistance au changement …
  • managérial : recrutement de profils « atypiques », , formation des managers, équilibre au sein de l’équipe
  • Gestion des Ressources humaines : gestion atypique au départ, communication interne, effet de halo…

 

Difficultés de recrutement : côté entreprise

 

Principales sources d’erreurs possibles liées au recrutement d’un sportif au sein d’une organisation :

  • Erreur fondamentale : attribuer au candidat des caractéristiques imputables au contexte
  • Effet de halo : influence d’un trait distinct (réussite, qualités hors nomes…) qui conduit inconsciemment à « oublier » les lacunes ou défauts
  • Erreur d’attribution: attribuer aux seules qualités d’un leader ses succès
  • Attrait de la « marque » : penser que l’école, l’entreprise, la formation dont est issu le candidat est garante de ses qualités intrinsèques  et sera un facteur de succès (contrairement au sportif !)
  • Poids du conformisme: pour minimiser les risques et se rassurer, s’en tenir à des profils connus, filtrés ce qui aboutit à des équipes de clones !
  • Biais de projection : tendance du recruteur à rechercher « le même que lui »
  • Effet de primauté : accorder une importance démesurée à un élément
  • Echecs précédents : dans son entreprise ou celle de confrères

 

Difficultés de recrutement  : côté sportif

 

Du côté des acteurs du sport, là aussi les erreurs potentielles sont nombreuses. Parmi elle :

  • la méconnaissance , l’ignorance, les préjugés et stéréotypes sur l’entreprise
  • l’effet « cobaye » : modification du comportement du fait de se savoir jugé comme sportif
  • Peur du rejet de la « marque sportif » : manquer de réflexion sur sa carrière de sportif, penser que les compétences acquises par le sport ne sont pas transposables dans l’entreprise
  • Se limiter à certaines fonctions « historiques»: communication, commercial
  • les comportements extrêmes: de la trop grande timidité/réserve à l’arrogance/suffisance
  • l’influence du réseau : échecs de certains collègues , amis…

 

Comment faciliter les passerelles entre sport et entreprise ?

 

Je vous livre quelques pistes de réflexions sous forme de questions ouvertes :

  • Pourquoi ne pas s’inspirer de la loi « handicap » (6%) qui impose aux entreprises de se poser des questions en terme d’organisation , de management et de GRH ?
  • Pourquoi les entreprises partenaires ou sponsors de fédérations ou clubs ne profitent pas de périodes creuses dans l’entraînement d’un sportif pour lui faire découvrir des métiers ?
  • Pourquoi les Fédérations, Ligues, Syndicats sportifs ne favorisent elles pas un droit à l’information et à la formation pour des sportifs (coachs, athlètes, joueurs, etc…) en fin de carrière ?
  • Pourquoi ne pas créer davantage d’occasions d’échanges et de passerelles entre deux mondes, l’entreprise et le sport, qui se connaissent et se pratiquent par le sponsoring, la communication, l’image, la notoriété, mais qui s’ignorent, se méfient ou s’évitent ?
  • Pourquoi ne pas avant tout penser en termes de complémentarité et de bénéfices réciproques ?

 

 

Photo by Sheshan R on Unsplash

Vous avez un témoignage à partager ?

Vous souhaitez intégrer un sportif dans votre organisation ?

Vous êtes sportif et savez (ou pas) que vous avez beaucoup à apporter à l’entreprise ?

Trouvons des solutions ensemble : CONTACT

 

 

Partager cet article sur vos réseaux...