L’optimisation du capital humain et la réussite collective par l’accord de talents pour créer, innover…
Author: Jean-Pierre Doly
Partager cet article sur vos réseaux

Intervention de Jean-Pierre Doly à la remise des prix des entrepreneuses de  l’année 2014.

Un parti pris

Seule une conception relationnelle du développement des organisations peut permettre de mobiliser les ressources en vue d’une RENAISSANCE de l’entreprise

Un atout

Le capital humain défini comme l’ensemble des aptitudes, talents, qualifications, expériences accumulées par une personne qui détermine sa capacité à produire pour lui et pour autrui- le capital humain est à la fois la potentialité non encore réalisée (capability) et sa réalisation effective (functionning)

De quoi parle t-on ?

Atouts - talents - capital humain - compétences - expérience - aptitudes - savoirs - dons - qualités

On aurait pu rajouter aussi capacités, habiletés, connaissances, expertise, etc.

– Compétences = qualités, aptitudes utiles pour un travail > arbitraire, provisoire, employées ou non, remises en cause…

– Atouts= aspérités, particularités, originalités, quelque chose que l’on a et que tout le monde n’a pas, quelque chose que l’on a fait et que tout le monde n’a pas fait ou que l’on a fait avant ou mieux que les autres ,

Le talent

– Le talent sans génie est peu de choses, le génie sans talent n’est rien.

(Paul Valéry)

– Un talent qui dort ne sert à rien, un talent qui ne sert qu’à soi ne sert à rien

– Définir le talent est difficile car il est composé d’expériences, de compétences, de dons, de potentiels, etc. qui vont dépendre du contexte, de la mise en situation et de l’opportunité de l’exercer

– Le talent appartient à chacun, mais dans l’entreprise il ne s’exprime pas tout seul

Le développement des talents

A l’école

– Qui n’a jamais eu l’appréciation « élève intelligent… peut mieux faire !… », à l’école on note, on catalogue, on est sur le quoi ? le combien ? mais peu sur le « qui » ! pourquoi ? avec qui ? comment ?… et on s’étonne de décrochages – mot étonnement polysémique- , synonyme de abandon, démission, lâcher prise, renoncement, mais aussi gagner , obtenir => « décrocher le bac ! »

– Cf. pub récente dans le métro «un élève en difficulté est un enfant ignorant ses points forts»

un élève en difficulté est un enfant ignorant ses points forts

Dans l’entreprise

– On rajoute qui ? comment ? en passant de la notation à l’évaluation, l’appréciation, mais qu’en est-il des atouts, des talents, des envies, des attentes, des goûts, de ce qu’on aime faire ou pas, etc. ? il faut malheureusement souvent être confronté à un départ de l’entreprise pour bénéficier d’un outplacement avec bilan de compétences, questionnaires de motivations, élaboration d’un projet de vie, etc.

Dans le sport

– Dans les années 80 la sélection des talents (notation+évaluation) se faisait beaucoup par le physique, il fallait être puissant, endurant, rapide mais Tony Parker était malingre et peu adroit …et pourtant… Platini et Zidane étaient lents et peu endurants… et pourtant… il y eut de nombreux échecs car un lent à 14 ans peut se révéler rapide à 18 ans et réciproquement. De grands joueurs ont été ainsi refusés dans les centres de formation, de même que de nombreux rejetés du système scolaire voire de catalogués « cancres » ont été à la source de très belles réussites autodidactes > cf. mon ancien patron Antoine RiboudTrop de formation tue l’instinct » – « L’intelligence n’entraine pas nécessairement l’efficacité » – » prévoir en stratège, agir en primitif » (René Char)

– Pourquoi ? parce qu’ils ont eu la chance de rencontrer de véritables « maquignons » qui ont le ressenti, l’intuition, le regard… de vrais détecteurs, développeurs et accordeurs de talents (cf. L’accordeur de talents, Dunod)

Accorder les talents : du groupe à l’équipe

– Nous avons beaucoup à apprendre de la nature, de l’intelligence des plantes, de leur solidarité par les mycorhizes – champignons reliant les racines entre elles – , des plus anciennes qui prennent soin des plus jeunes, « pour nous, la nature est plus en profondeur qu’en surface »(Cézanne)… et pour les hommes ?

– Nous avons beaucoup à apprendre des animaux :  les poissons qui nagent en banc, les fourmis, les abeilles et… les oies sauvages > film

– La cohésion d’équipe existe lorsque tous les membres orientent leurs efforts dans une même direction ; la raison d’être, la vision, les efforts ne sont envisagés qu’en liaison avec les autres

– La cohésion est la condition pour que l’autonomie de chacun, ses talents, ses aspirations puissent s’exprimer en vue d’un intérêt collectif (équipes de sport,orchestre…)

Les dirigeants d’entreprise

– Ne seraient pas prêts pour le big data , l’open innovation, ni à manager des talents, à s’adapter , à généraliser de bonnes idées(d’après une étude du  BCG 2013> 1000 dirigeants dont 500 européens)…mais 90% des français considèrent que l’esprit d’entreprise est une valeur positive qu’il faut encourager, que 30% disent avoir envie de créer leur propre boîte, qu’il est d’ailleurs plus facile en France aujourd’hui de créer une entreprise mais que les français cultivent une tradition de sécurité et d’aversion au risque , que la vraie difficulté est de garder une entreprise pérenne…

– Le principal actif de l’entreprise n’est-il pas son capital humain pour créer de la valeur, créer, innover, entreprendre, oser prendre des risques par le travail (« sans travail, le talent est un feu d’artifice ») et la coopération (rôle des managers et des RH > Rendre Heureux ?)

– L’entrepreneuriat comme ascenseur social pour et par les jeunes (notamment des banlieues) et….les femmes (cf. Observatoire Sociovision)

– Et si nous étions allés trop loin dans les domaines de la science, de la technique, de la technologie, de la communication, de l’image de la consommation, du faire savoir… Alors quel ressort ? > Le groupe, le collectif, l’équipe, le lien, l’intelligence collective, les interactions, la diversité, l’interdisciplinarité (« la beauté du visage n’existe que par le retentissement de chaque partie sur toutes les autres » St Exupéry)

– Et puis ras le bol de tous ces discours pessimistes sur notre supposé égoïsme, individualisme, guerre des égos, indifférence, méfiance, lassitude, manque de confiance, morosité…

– Faut-il de l’argent pour être heureux ?… ça aide !

– Faut-il du talent pour être heureux ?…. oui mais aussi du travail, du courage, et avoir des détecteurs, développeurs et accordeurs de talents

– Faut-il s’aimer pour gagner ?… pas nécessairement mais avoir quelques affinités aide… les espagnols traduisent « accordeur » par « afinador »… Et aussi « retraite » par « jubilacion » !

Beaucoup de choses connues et vraies aujourd’hui ne le seront plus demain, d’où l’impérieuse nécessité d’actualiser, de réviser, de compléter, d’améliorer, de découvrir, de créer, d’innover… d’entreprendre ! « On ne meurt pas riche de ce qu’on a fait, on meurt pauvre de ce que l’on n’a pas fait » (San Antonio)

Détecter, repérer, développer, accorder les talents avec les 3H > Humanisme – Humilité – Humour !

Partager cet article sur vos réseaux...